abeille blanche

Les abeilles sauvages au coeur de la nature

natura 2000
Life

Parcs naturels régionaux associés pour mener des actions de gestion sur leur territoire

Espèces d’abeilles sauvages en France

Ans de programme

Le projet LIFE
Wild Bees


L’Etat a établi un Plan national « Pollinisateurs » (2021-2026), animé, entre autres, par l’Office pour les Insectes et leur Environnement (Opie). En cohérence, la Région Nouvelle-Aquitaine s’est engagée en juin 2017 dans la mise en œuvre d’un Plan régional en faveur des pollinisateurs. 

Dans ce contexte, les cinq Parcs naturels régionaux (PNR) de Nouvelle-Aquitaine, accompagnés de la Région, ont décidé de réfléchir ensemble à un plan d’actions inter-Pnr afin de limiter ce déclin et permettre le maintien du service de pollinisation sur leurs territoires.

amélioration des connaissances

Amélioration des connaissances

Recréation d’un maillage dense d’habitats favorables

Recréation d’un maillage dense d’habitats favorables

Le développement et la structuration d’une proposition de plants et de graines d’origines locales

Développement et structuration d’une proposition de plants et de graines d’origines locales

Transmission et valorisation des bonnes pratiques

Transmission et valorisation des bonnes pratiques

Actualités

Le Projet LIFE au Congrès mondial de la nature à Marseille

Le Projet LIFE au Congrès mondial de la nature à Marseille

Le LIFE "Wild bees" a été convié à présenter le projet lors du Congrès Mondial de la Nature, organisé par l'UICN à Marseille le 9 septembre dernier. Cette présentation prenait place lors de l’événement "Mobilisation Française en faveur des insectes pollinisateurs"...

Les bénéficiaires

Coordination du projet :
Parc Naturel Régional Périgord-Limousin

Bénéficiaires associées :
Parc naturel régional du Marais-Poitevin, du Médoc, de Millevaches en Limousin ainsi que des Landes de Gascogne.
Le laboratoire de recherche, Biogéco, ainsi que 2 partenaires associatifs, l’Office pour les insectes et leur environnement et
l’Agence Régionale de la Biodiversité de Nouvelle-Aquitaine.

écologie

Écologie

Les abeilles dites sauvages sont dénommées ainsi par opposition à l’abeille dite domestique, ou abeille mellifère (Apis mellifera). Contrairement à cette dernière, les abeilles sauvages constituent un vaste groupe taxonomique, extrêmement riche en termes de biologie et d’écologie, qui comprend près d’un millier d’espèces en France et plus de 2000 espèces dans toute l’Europe.

Combien y a-t-il d'espèces d'abeilles sauvages ?

Les abeilles sauvages constituent un vaste groupe taxonomique, extrêmement riche en termes de biologie et d’écologie, qui comprend près de 990 espèces en France et plus de 2000 espèces dans toute l’Europe. Dans le monde, on estime qu’il existe plus de 20 000 espèces.

Quel est leur régime alimentaire ?

Les abeilles adultes ainsi que les larves se nourrissent exclusivement des ressources recueillies dans les fleurs, le nectar et le pollen :

  •  Le pollen leur apporte des protéines, des glucides, des lipides, des vitamines ainsi que des éléments minéraux
  • Le nectar est source d’eau et de sucre
Comment nichent-elles ?

Au contraire de l’organisation en large colonie de plusieurs milliers d’individus de l’abeille domestique (Apis mellifera), les abeilles sauvages vivent généralement en solitaire même si certains individus forment de petite bourgade.
On peut retrouver, majoritairement, des abeilles :

  • Terricoles, nichant dans des sols meubles
  • Caulicoles, préférant les tiges naturellement creuses (roseau, ronces, …)
  • Charpentières, creusant leurs nids dans du bois vermoulu
  • Récolteuses, imperméabilisant leurs nid grâce à divers matériaux : feuilles, pétales, fibres, …

Bonnes pratiques

Comment favoriser la présence des abeilles sauvages dans nos jardins ?

De quoi ont besoin les abeilles sauvages pour s'installer durablement ?

Pour qu’une population d’une espèce d’abeille sauvage puisse se maintenir durablement, l’habitat doit offrir les trois éléments suivants :

  • des ressources alimentaires, c’est-à-dire une offre en fleurs suffisante,
  • des micro-habitats favorables (Sol à nu, bois mort ou encore des tiges creuses),
  • pour certaines espèces, certains matériaux spécifiques pour la construction du nid.
Comment favoriser les milieux fleuris dans nos jardins ?
  1.  Laisser faire la nature en décalant les périodes de fauche et en laissant quelques zones sans fauche pour permettre de maintenir un milieu fleuri.
  2. Ne pas utiliser de produits phytosanitaires
  3.  Si une replantation est nécessaire, privilégier les essences et espèces locales. Pour cela, certaines pépinières proposent des plants et graines d’origines locales sous la marque «Végétal local».
  4. Diversifier les habitats en créant des points d’eau ou des haies bocagères
Quels aménagements entreprendre pour leur offrir des gîtes ?

Plusieurs aménagements simples sont possible :

  • Entasser de la terre sableuse, sur une zone ensoleillée, contre un mur ou à même le sol
  • Construire des murets de pierres sèches sans jointure
  • Maintenir des petits tas de branches mortes à terre
  • Conserver des bosquets de plantes à tiges creuses tels que les ronces ou encore les ajoncs
bonnes pratiques